Commande d'aiguillages manuelle à distance (Control system)


Si l'on trouve aujourd'hui aisément dans le modélisme ferroviaire des aiguillages électriques, il est beaucoup plus rare de voir des réseaux en 0 tinplate équipés de tels équipements.
Cela s'explique par la rareté des aiguillages électromagnétiques très peu vendus à l'époque ;cette rareté favorise de nos jours un prix relativement élevé (environ 60 euros pour un aiguillage Jep).
Pour autant, l'aspect exploitation ferroviaire du réseau peut être maintenu par d'autres solutions artisanales moins coûteuses mais tout aussi attractives.
Globalement deux solutions sont possibles , la commande électrique ou la commande mécanique.
La 1ère a l'avantage d'être discrète (surtout si le moteur est sous la table) mais nécessite des modifications compte tenu de la conception des aiguillages Hornby et Jep (perçages,etc...).
La 2ème évoque davantage la réalité (bien que les systèmes mécaniques existaient essentiellement au début du 20ème siècle) et donne la sensation de manoeuvrer l'aiguillage...
Pour des raisons pratiques on optera pour cette solution.

Principe de fonctionnement


L'aiguillage (ou plus exactement l'appareil de voie) est commandé par un levier . La liaison est assurée par une ficelle très souple et des poulies de renvoi.
L'aiguillage est maintenu dans une position dite position par défaut par l'intermédiaire d'un ressort de rappel. (confère photo)
La ficelle et le ressort sont fixés à l'aiguillage par une vis de 3mm insérée  dans l'orifice d'origine présent au bout de l'aiguille.


Autres principes possibles :

  • La commande par corde à piano dans une gaine souple : système très efficace et rapide à mettre en oeuvre mais de mon point de vue quelque peu "inesthétique" sur un réseau. (sauf pour un train HO en utilisation sous table)

  • La commande par tringlerie rigide, c'est la solution retenue par Hornby à l'époque : Solution fiable et très réaliste, demande toutefois la confection de renvois d'angle adaptés.

Les leviers de commande (en acier ou laiton : 70*8*2 mm)  effectuent une rotation sur un axe de 4mm de diamètre maintenu de chaque coté par l'intermédiaire d'équerres.
Ils sont maintenus au niveau de l'axe par des bagues et sont guidés un peu plus haut par des profilés laiton.
La distance parcourue par le bas du levier lors de la rotation partielle doit être supérieure d'au moins 5mm à la distance de déplacement de l'aiguille (ceci afin de compenser la perte dans le jeu de la transmission).
Dans le cas d'un aiguillage Jep, on peut mesurer au niveau de la vis un déplacement de 15mm entre les deux positions de l'aiguille ; le levier doit donc faire un mouvement de 20mm.
Ce système a l'avantage de nécessiter aucune modification de l'aiguillage d'origine si ce n'est la diminution de la force du ressort d'origine de maintien de position. Ce ressort se situe sous le levier , il suffit simplement de le redresser quelque peu à l'aide d'une pince plate jusqu'à obtenir un mouvement quasi libre de l'aiguille.
Il est possible à tout moment de remettre la tension d'origine du ressort.


                  Un profilé laiton mobile sur un axe vertical  permet de maintenir l'aiguillage en position. Il est retenu par une bague.
.

Le poste d'aiguillage


Le poste d'aiguillage  est réalisé en bois de 5mm d'épaisseur et laiton de 4/10.


                                          Ce système permet de commander des aiguillages à plus de 3 mètres .

         

              Une évolution possible consiste en la réalisation d'un toit avec un pan mobile , ce qui permettra  d'accéder plus facilement encore aux leviers... (voir plus bas...)


Poste à toit mobile
















Le toit mobile est réalisé à l'aide de :

  • 2 plaques de tôle de 7/10. (minimum 5/10 pour la rigidité)
  • 3 petites charnières (disponible en rayon quincaillerie)
  • 12 rivets de 3mm.
  • Un axe pour assurer la liaison des 2 pans. (ici c'est une corde à piano de 1.5mm)


Les leviers sont désormais parfaitement accessibles...




































Le control system Hornby


Ce système apparu en 1926 est certainement l'une des inventions les plus originales et les plus astucieuses dans l'histoire du train jouet.
Il est composé d'un ensemble de leviers et de renvois d'angle qui se situe sur une base métallique sur laquelle vient se poser une cabine.
Hornby a spécialement mis au catalogue des aiguillages munis d'une petite base avec renvois permettant de les raccorder  à la cabine grâce à des  tringles qu'il fallait sectionner à la longueur voulue.
Ces aiguillages très difficiles à trouver aujourd'hui étaient vendus par paire dans une boite verte contrairement aux aiguillages classiques vendus dans les mythiques boites rouges.
Trop compliqué à installer (peut être trop en avance sur son temps) et valable pour des réseaux permanents, ce système ne durera que quelques années.


                         

    Notez l'accessoire à droite sur la photo qui permet à la tringlerie de traverser    la voie...
 
                                               

  6 leviers d'aiguillages accessibles grâce au toit mobile.
                                 


                                                                        Les aiguillages "spéciaux" pour le système.



Copyright © 2013. Tous droits réservés.
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
Affichage du site :
Résolution minimum : 1152*864
Résolution optimale : 1280*1024